Catégorie : textes

  • 24.01.24 pour « Chambres à part ».

    Numérisation de tirage argentique, série « Chambres à part » (2020-2023)

    Au coucher tes pensées traversent le couloir par satellite, il est question d’images, de mouvement, de vérités. Nous, c’est peut-être bien le monde et pas une représentation, mais je suis fatiguée, trop fatiguée à cette heure-ci pour que m’amuse encore de mesurer le couloir.

  • Bûcheronneries

    J’écris à la mère des mots qui m’auraient anéantie si j’avais été la mère. Un peu plus loin, elle répond « merci pour ce moment ».
    (Et alors il me semble que j’ai appris à marcher sur un sol qui se dérobe et que qui me qualifie de robuste n’a peut-être pas tort : je tombe à chaque pas, oui, mais je tiens debout dans le doute.)

  • mardi 24 octobre 2023

    De la difficulté d’être là et seulement là. (De la beauté de.)

  • Ce poids que je promène
    allant en ville acheter un magazine de mode
    récupérer une ou deux réservations à la bibliothèque municipale
    pensant au message que j’écrirai
    rentrant chez moi en transports en commun après la projection d’un documentaire
    Ce qui fait que je ne me déplace pas légère
    dans cette vie ordinairement mienne
    puis-je avouer que je le chéris autant que j’en souffre ?
    (le refus d’oublier l’exigence de faire au mieux
    l’écrasante responsabilité de qui s’émancipe
    la joyeuse liberté de voir des possibles partout, tout le temps
    d’imaginer des émotions, sensations, superposées à celles que l’on ressent déjà en nombre
    la puissance d’être aussi ailleurs, à un autre moment, en permanence
    l’incapacité d’être seulement ici et nue
    la fatigue, la culpabilité d’être impuissante à partager
    le fardeau et la beauté.)

  • Je m’étais réjouis un peu trop vite lors de mon dernier billet, car la page d’archives des textes était absente. La voici à nouveau en ligne et dans le menu de navigation du site. (Hourra !)

  • Exercices de poésie pratique, François Matton

    Le livreLe blog de François Matton

    La section liens des sites et blogs me manque, celle qui ne renvoyait pas vers soi ailleurs mais vers d’autres.

  • offrant une portion raisonnable et rendant la monnaie (pour « chambres à part »)

    je me souviens
    lors de nos premières années ensemble
    avoir cherché à partager
    avec d’autres
    hommes et femmes
    un enthousiasme
    un désir
    une curiosité
    chez toi pas assez manifestes
    à mon goût

    un homme
    qui n’avait que
    cette ardeur pour me plaire
    (presque)
    à qui j’avais confié
    un faible puéril pour la barbe à papa
    un jour avait voulu
    me faire forte impression
    donnant au vendeur un bon billet
    là où une ou deux pièces auraient suffi :
    « la plus grosse possible
    s’il vous plaît ! »


    à l’époque
    séduite et amusée
    aujourd’hui
    me voilà comme le vendeur d’hier :
    offrant une portion raisonnable
    et rendant la monnaie
    aurais-je trouvé à tes côtés
    une sorte de vérité
    à distance des passions passées ?
    ajusté ma gourmandise
    à ton appétit
    en partageant ta vie ?

    la réponse
    ne se chercherait pas
    contre toi :
    s’il m’a plu d’éconduire
    ces débordements,
    n’est-ce
    comme on règle des comptes
    avec soi-même ?

    — pour Chambres à part

  • ARCHIVES

    ARCHIVES – notes – souvenirs d’été 2017-2018
  • Texte pour « Désir replié » (extrait)

    Rajouté le texte entier sur la page Désir replié.

  • C’est un ancien téléphone que l’on met en charge puis rallume, en vue de le prêter à un ami qui s’est fait voler le sien. Le déjeuner est bientôt prêt, il est prévu de fêter une date la veille, de sortir des bougies comme cela n’est jamais fait. Sans trop y prêter attention nous sommes en 2020, les cheveux roux ou les cheveux noirs, curiosité amusée puis un peu plus grave, on veut revoir le visage de l’amie qui alors est encore vivante, sa tête couronnée au dessus du journal d’appels et de ce que l’on y découvre trois ans plus tard : un appel manqué qui nous accuse, nous coupe le souffle, nous pulvérise et une douleur qui n’a plus rien de flou, d’indéfini. (L’intuition de la peine était bonne.)

    Cet après-midi, impossible de faire autre chose que de remettre en ligne la page « Promener sa peine » (2021 – ), à étoffer bientôt.